Vie étudiante: retour sur ma première année à l’université

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel article. Aujourd’hui je vais vous parler de vie étudiante et notamment de ma vie à l’université. Je vous avoue qu’entre mes attentes et la réalité les choses ont parfois été très difficile à gérer cette année d’autant plus que le contexte politique en France n’a pas véritablement arrangé les choses.

20170914_090708.jpg

Tout d’abord, laissez-moi vous parler du cursus que j’ai choisi et des raisons qui m’y ont poussées. J’ai suivi cette année une première année de licence. Je souhaite devenir professeur des écoles en maternelle et primaire et pour cela je dois obtenir une licence de sciences de l’éducation ainsi qu’un master des métiers de l’enseignement et de la formation. La première année, à l’université Lumière Lyon 2, se fait au sein d’un portail qui regroupe plusieurs disciplines. J’ai donc, pour a part, suivi des sciences de l’éducation, des sciences du langage, de la psychologie et de la sociologie.

Je n’ai jamais véritablement apprécié l’école. J’ai toujours pensé que c’était trop vague, que les enseignements ne touchaient pas au domaine que je souhaitais intégrer. Alors je me suis focalisée sur mon entrée à la FAC, moment où je pourrais enfin étudier ce qui m’intéressais depuis longtemps: l’éducation. Malheureusement, ce ne fut presque pas le cas étant donné que la première année est pluridisciplinaire. Il m’a fallu tenter de trouver la motivation nécessaire pour survivre à cette première année sans la redoubler. Je savais qu’une fois cette année là, je pourrais enfin intégrer les sciences de l’éducation. On dit toujours que la première année à l’université est la plus dure. Eh bien je dois dire que c’est complètement véridique.

En plus de ce problème de pluridiscipline, mon université se trouve à deux heures de chez moi. Le CROUS, qui est l’organisme qui accorde les bourses aux étudiants, n’a pas jugé que je pouvais bénéficier d’un logement à Lyon. J’ai donc du m’adapter à cette nouvelle vie tout en faisant quatre heures de trajet par jour. Je ne connaissais personne dans cette université. Etant quelqu’un de très réservé et timide, je n’ai as réussi à me faire de véritables amis. En terme de moral, j’ai passé une année scolaire plutôt difficile. Je me levais chaque jour pour ne pas faire essentiellement ce pourquoi je m’étais engagé en choisissant de faire des études et mes journées étaient interminables. Je me partais de chez moi à 6h du matin pour ne rentrer qu’à 20h. Il m’était assez difficile de trouver la force d’étudier quand je rentrai chez moi. Je n’avais qu’une seule envie: dormir.

20180104_113457

La vie étudiante n’est pas des plus faciles. J’ai du trouver un job ne serait-ce que pour payer mon train (une facture d’une centaine d’euros par mois) parce que mes parents ne pouvaient pas tout assumer à ma place. J’ai également eu mon permis et ma voiture, il a bien fallu y mettre de l’essence. Mon planning s’organisait ainsi : J’allais à la FAC les lundis, mardis et mercredis puis je travaillais les jeudis, vendredis et samedis à McDo. Heureusement il me restait le dimanche pour décompresser un peu et me reposer. Puis il fallait recommencer. Cela a duré quatre mois. J’étais épuisée. J’ai décidé d’abandonner mon poste pour reprendre ma vie en main. J’ai trouvé un autre emploi en tant qu’hôtesse de caisse les week-ends. Ainsi je gagnais toujours un peu d’argent et mes semaines étaient moins remplies.

Malheureusement ou heureusement, mon université a été bloquée. Les étudiants tentaient de se battre contre la réforme de l’entrée sélective à l’université. Cette lutte a duré trois mois. Nous sommes en juin et je n’ai pas pu mettre un seul pied à l’université depuis mi-avril. Ces conditions n’ont pas réellement aidé à ce que je trouve la motivation nécessaire aux révisions des partiels de fin de semestre. Au final nous n’avons pas pu passer l’intégralité des épreuves et des alternatives ont été proposées afin de pouvoir quand même valider notre année.

Snapchat-385358878 (1).jpg

Malgré toutes ces péripéties, j’ai tenté de toutes mes forces de m’accrocher et j’ai réussi à valider ma première année. L’année prochaine mon campus ne sera plus qu’à 1h30 de chez moi et je pourrais enfin étudier ce pour quoi j’ai décidé d’entamer des études. Mes amies m’ont été d’une grande aide cette année. Malgré la distance et nos emplois du temps bien chargés nous avons su nous soutenir et surtout, elles ont été là pour moi sans même savoir combien j’ai subi cette année qui vient de s’écouler. Alors merci à elles si elles passent par là.

 

C’en est tout pour cet article. J’espère qu’il vous a plu. Il me semblait important de vous partager mon expérience afin que tous ceux qui entreront à l’université en septembre sachent que les attentes et la réalité peuvent parfois diverger. N’hésitez pas à partager vos expériences aussi. On se retrouve samedi pour un nouvel article ! 

Publicités

One Reply to “Vie étudiante: retour sur ma première année à l’université”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s